­

«L'engagement, c'est le métier des PR»

La catégorie PR, qui a couronné cette année la campagne «Always like a girl» de Procter & Gamble (MSL Group New York et Leo Burnett Toronto) ainsi que trois campagnes françaises avec 1 or pour Transavia/Les Gaulois et Marie-Antoinette et 2 argent pour Ubisoft/Sid Lee et Water for Africa/Ogilvy, a enregistré plus de 2 000 dossiers inscrits, «signe d'une montée en puissance de cette catégorie», selon Lynne Anne Davis, présidente du jury et présidente senior partner Asie-Pacifique de Fleishman Hillard. «La moitié des prix décernés cette année l'ont été à des agences de PR», a-t-elle tenu également à souligner.

 

Concernant le Grand Prix, Lynne Anne Davis s'est félicite de ce choix: «c'est une campagne qui ne parle pas qu'aux filles mais aussi à leurs mères, à leurs pères et à l'ensemble de la société», déclare-t-elle non sans émotion. «Cette campagne reboucle magnifiquement avec la marque en la mariant parfaitement avec l'opération, le seul nom de l'opération "Always like a girl" en témoigne», dit pour sa part Isabelle Wolf, présidente de l'agence française Kingcom et membre du jury.

 

Pour cette dernière, «la diversité des profils représentés au sein de ce jury - des responsables de grands réseaux internationaux de PR mais aussi des patrons d'agences indépendantes - ont permis un échange de vues très riche». Si les pays anglo-saxons et notamment les Etats-Unis dominent encore largement une discipline «qu'ils ont inventée», rappelle Isabelle Wolf, «des régions ou des pays comme l'Amérique latine, la Pologne, le Liban mais aussi le Japon et la Suède ont été également très présents cette année», remarque-t-elle tout en regrettant la trop grande discrétion encore des agences françaises de PR à Cannes.

 

«PR minded»

 

Trois critères ont présidé, selon Isabelle Wolf, aux choix des jurés: la créativité sous toutes ses formes pour interpeller notamment via le web et les réseaux sociaux; le fait de mener des campagnes intégrées et multicanales; la capacité à laisser une empreinte durable et à installer des campagnes aspirationnelles avec un fort impact sociétal.

 

Mais la question centrale de cette année à Cannes, selon Isabelle Wolf, pour les PR comme pour nombre d'autres catégories, a été la difficulté à délimiter clairement chaque discipline. «Est-ce des PR, du Media, de l'Outdoor? Nous avons été nombreux à nous poser cette question dans les jurys. Mais au final, pour les PR, ce qui compte est que l'opération soit "designed by PR" ou "PR minded", à savoir qu'elle engage les gens, change leur attitude. C'est le métier des PR.»

Alain Delcayre

Scroll to Top