­

Enjoy se recentre sur le beau

Ne la confondez pas avec l’autre Enjoy, l’ex-agence de publicité de Gilbert Scher et Christophe Lafarge. «Nous avons été créés en 1997, peu avant le lancement de l’enseigne de Scher et Lafarge. Nous en avons discuté avec Christophe et il n’y a eu aucun conflit», rappelle Christian Barbier, directeur associé de l’enseigne de design Enjoy. De ses bureaux de la rue de l’Université, avec vue sur les jardins du quai Branly, Enjoy a décidé de reformuler son positionnement. Avec une ambition qui sonne comme un absolu: «Nous revendiquons l’efficacité par le beau», résume Christian Barbier.

Annick Goutal, Lancôme, Puig, Coty… Historiquement, l’agence, spécialisée dans le packaging et l’activation de marque, a beaucoup œuvré pour les parfums mais aussi pour les alcools: champagnes Jacquart, Jack Daniel’s, Glenfiddich. «De par notre prédilection pour les secteurs des alcools et spiritueux, des cosmétiques et fragrances, la mode et les accessoires, nous nous sentons légitimes sur le beau, même s’il ne s’agit pas d’adopter une approche esthétisante», précise Christian Barbier.

«Refléter l'âme des marques»

«L’analyse du beau», voici plutôt le parti pris de Prisme, nouvel outil développé par l’agence. «Nous ne sommes pas seulement des faiseurs de packs ou des réalisateurs de sites web: avec cette méthodologie Prisme, nous cherchons, avec nos deux planneurs stratégiques, à refléter l’âme des marques, rayonner au mieux sur le marché et préciser ce qu’attendent les cibles», expose Christian Barbier.

Car ce dernier en est persuadé, «toutes les marques cherchent à se premiumiser». De quoi assurer un développement exponentiel à l’agence du VIIe arrondissement? L’enseigne, qui emploie 25 personnes, réalise actuellement 2,1 millions d’euros de marge brute. «Arriver à 3 millions serait un objectif raisonnable, estime Christian Barbier. Mais nous ne sommes pas dans une course à la marge brute.» Chi va piano va sano.

Delphine Le Goff

Scroll to Top