­

Tribord fait boire la tasse à ses clients

La marque destinée aux sports d’eau du groupe Décathlon, Tribord, a fait boire de l’eau de mer aux plaisanciers afin de les sensibiliser au port du gilet de sauvetage. L’opération, orchestrée par l’agence Rosapark, est destinée à lancer un nouvel équipement, une veste de survie flottante, l’Izeber 50. Et a pour objectif de faire prendre conscience du risque de noyade que peuvent prendre ces usagers de la mer s’ils ne sont pas bien équipés. Un film viral et humoristique, tourné en caméra cachée au printemps dernier, est diffusé sur les réseaux sociaux à partir de ce jeudi 11 juin.

«C’est un sujet difficile à aborder, explique David Martinelly, directeur de la communication de Tribord. Nous avons opté pour un ton décalé. Ce type de message passe mieux avec de l’humour.» L’Izeber 50 est un nouveau gilet de sécurité, une veste flottante sans manche, plus facile à porter lors des manœuvres et en différents coloris, et comprenant un côté verso orange doté de réflecteurs. «Beaucoup de plaisanciers partent en mer avec des vêtements de protection, mais le ne portent pas car ils le trouvent inconfortable ou inesthétiques», confirme le dirigeant de Tribord.

Plan médias inférieur à 50 000 euros

Pour sensibiliser ces pratiquants au danger de noyade, Rosapark a ainsi imaginé leur faire boire de l’eau de mer. Installé lors d’un week-end d’avril au Vieux-Port de Marseille, une équipe de Tribord a proposé aux plaisanciers de goûter une nouvelle boisson «100% pure». Evidemment, à peine avalée, l’eau de mer (filtrée) est aussitôt recrachée par les candidats, un avant-goût à la tasse qu’ils risquent de prendre s’ils tombent à l’eau sans protection. Ce sont ces saynettes qui composent le film réalisé par Birth.

Diffusé sur internet, ce film est appelé à être partagé sur les réseaux sociaux. Un petit plan médias, moins de 50 000 euros, complète la communication de Tribord autour de ce lancement. Quelques cannettes seront encore «proposées» dans les magasins Décathlon.

Les testeurs pourront se consoler: la cannette (plus de 2 500 ont été produites) offre une réduction sur le prix du gilet. A défaut de trouver un nouveau soda, les vilains gamins qui ont dérobé une cinquantaine de celles-ci à Marseille pourront se consoler avec cette promo...

Bruno Fraioli

Scroll to Top