­

Yoplait, fleurs sur la ville

Du 18 au 21 juin, au pied de la tour Eiffel, de part et d'autre du pont d’Iéna, les passants pourront gratuitement découvrir une installation florale et végétale inédite baptisée «Petite Fleur Folies». Sur quelque 2000 m², du quai Branly aux ports de Suffren et de la Bourdonnais, plus de 500 000 fleurs naturelles d'une centaine d'espèces différentes (marguerites, campanules, lavande, gypsophiles, fenouil, verveine…) tapisseront et égayeront les bords de Seine. Petite pointe supplémentaire de folie, les visiteurs auront l'occasion, lors de leur déambulation, de croiser huit «Créatiles», des structures en acier de plusieurs mètres de haut, comme Pâquerette, une vache assise accueillant un toboggan pour enfants, Marguerite, une vache debout équipée de jeux d'agrès, les Hautes Herbes, en forme de mobiles assortis de miroirs, L'Orgue à Eau, activant des jets d'eau via sept fleurs-notes...

Double célébration

Cette invitation poétique a été imaginée pour Yoplait par le créateur d'art de rue Gad Weil (Place grand public/groupe La fonderie). Une façon originale pour la marque de produits laitiers du groupe General Mills de mettre à l'honneur, à l'occasion de ses 50 ans, la célèbre petite fleur de son logo. «Initialement, je voulais fêter mes 25 ans de création d'événements végétaux avec un nouvel événement. C'est à ce moment-là qu'Olivier Faujour [président de Yoplait] m'a contacté. Il m'a demandé si je pouvais inclure des fleurs dans mon projet à l'occasion du 50e anniversaire de la marque. Je lui ai proposé non pas d'intégrer quelques fleurs mais de faire un événement uniquement avec des fleurs», raconte Gad Weil.  

La première idée fut de concevoir des chars floraux à la façon du carnaval de Nice. «Mais la logistique impliquait des problèmes en matière de développement durable en contradiction avec le positionnement de la marque», commente Gad Weil qui a dû également renoncer à un projet sur la place Vendôme. «Le lieu est trop luxueux pour une marque familiale et populaire comme Yoplait. Nous voulions un événement festif et surtout pas nombriliste», ajoute Olivier Faujour qui opte pour la tour Eiffel. Gad Weil propose donc d'habiller de fleurs les quais en contrebas du monument: «l'eau avec la Seine, la minéralité avec le port et le symbole du dedans et du dehors avec le pont, enfin le grain de folie avec la tour Eiffel, tous les ingrédients étaient réunis», résume Gad Weil. 

Seconde vie

Mais l'originalité de l'opération tient aussi à son aspect éco-responsable. Un cas d'école en l'espèce. Au terme de l'événement, toutes les fleurs seront ainsi offertes à la ville de Paris et à des villes limitrophes (notamment celles de l'agglomération Est Ensemble). Les structures en métal seront, elles, données au titre du mécénat de la marque à cinq communes où Yoplait est présent (Boulogne-Billancourt, Vienne, Le Mans, Auxerre et Monéteau). Une manière de faire revivre l'événement qui espère réunir entre 500 000 et 1 million de visiteurs pour un budget non révélé mais qui peut être estimé à près de 500 000 euros. 

Alain Delcayre

Scroll to Top