­

Lauréats 2010 : Pierre Dupaquier et Clément Durou (La Chose)

À l'accueil de La Chose, pas la peine de demander Pierre Dupaquier et Clément Durou. Ici, tout le monde les appelle les «Dudus». Ce sont donc les deux «Du» qui remportent le Grand Prix Stratégies des jeunes créatifs 2010, succédant à Alexis Benoît et Paul Kreitmann de CLM BBDO. Ce sobriquet, Pierre Dupaquier, vingt-quatre ans, et Clément Durou, vingt-cinq ans, le traînent depuis leur rencontre à Olivier-de-Serres, en BTS de communication visuelle. «Une école de la démerde, il fallait se débrouiller pour tout», se souvient Pierre Dupaquier. Déjà inséparables, les Dudus font les 400 coups. «À l'époque, nous étions six gars et une fille, les All Fingers, et nous nous exercions au marketing de rue en collant des stickers, des pochoirs et des graffitis sur les murs, au grand dam de la directrice», raconte Clément Durou. Si, dans le groupe, chacun a fait sa route, les Dudus sont restés unis comme les doigts de la main…
À la sortie de l'école, ils cherchent un stage. Sous le bras, leur book commun mais aussi un fascicule pseudomédical baptisé «La Solution Dudus», assorti d'une adresse électronique. Quand Pierre Dupaquier passe par Young&Rubicam, Clément Durou est chez Lowe. Deux seniors avisés, en l'occurrence Rémi Noël et Olivier Camensuli, leur conseillent alors d'aller frapper à la porte d'agences moins imposantes.

Patte originale

Ça tombe bien. On est en septembre 2007, et La Chose n'a que quelques mois d'existence. Recommandés par Julien Bredontiot, le team retient l'attention de Pascal Grégoire, cofondateur de l'agence: «Leur travail n'était pas classique, j'ai été séduit par leur production graphique et leur talent pour la photo.» Engagés en stage, ils décrochent un CDI quatre mois plus tard...

Depuis, Pierre Dupaquier et Clément Durou ont travaillé sur la plupart des budgets, petits et gros, de La Chose. Pas de budget spécifique, encore moins de pré carré. Ce n'est pas le genre de la maison de la rue Simon-Le-Franc, où le collectif est érigé en marque de fabrique. Parmi leurs premiers travaux, une annonce pour 20 Minutes quelques jours avant les résultats de l'élection de Barack Obama, «un sujet politique qui nous a bien plu». Mais aussi Le Coq sportif: «Un grand bonheur, suivi d'une grande déception, racontent les Dudus. Prévue pour être très largement diffusée, la campagne (réalisée avec Ibrahim Seck à la rédaction) n'est sortie qu'à l'étranger… Mais elle nous a permis de travailler avec Martin Parr, une icône pour nous.»

Également très remarquée, la dernière campagne Marithé & François Girbaud. «C'était très excitant de travailler avec le photographe Steve Hiett. Nous avons passé près de six mois à faire des retouches, ce dont il n'avait pas vraiment l'habitude», raconte Pierre Dupaquier. Plus récemment, les Dudus ont signé (avec Guillaume Rebot à la rédaction) la campagne Ikea pour les matelas Sultan, «notre première campagne globale avec du print, des bannières, et du film».

Bébés éprouvettes

Du print, du Flash, du format GIF, de la musique, des vitrines pour Girbaud, un habillage de bus pour Red Bull, des pochettes de disque pour Mirwais et pour d'autres artistes du label Naïve via Éric Tong Cuong, le site Internet de la Frenchies Party de Barka Zérouali, Myspace, Facebook, et bientôt des clips: les Dudus savent tout faire ou presque, et entendent bien continuer dans cette voie. Pascal Grégoire parle de «bébés éprouvettes»: «Ils produisent vraiment des choses. Nous avons créé l'agence pour des gens comme eux.» De fait, l'autonomie des Dudus colle parfaitement à ce drôle d'incubateur qu'est La Chose, où l'on apprend certes en marchant, mais surtout en échangeant.

En interne, on confirme le caractère bien trempé des Dudus, qui savent tenir tête à leurs prestigieux patrons, dont le bureau est juste à côté du leur. «Parfois, on doit chuchoter parce qu'ils entendent tout», rigole Clément Durou. Les deux «petits » n'hésitent pas à en découdre s'il le faut pour défendre leur bout de gras. «Toujours sur le ton de l'humour, précise Clément Durou. S'il n'y avait pas confrontation à un moment, on ne ferait pas de création…» En contrepartie, Éric Tong Cuong et Pascal Grégoire, qui se voient en «vieux schnocks du Muppet Show», avouent s'enrichir au contact de ces natifs du numérique pour qui la technologie, le multicontenu et l'éclectisme n'ont jamais fait débat.

Tapis à l'abri du sérail un peu cruel de la publicité, les Dudus tracent leur sillon et entretiennent peu de relations avec leurs homologues extérieurs. «Nous passons beaucoup de temps à l'agence et, le soir, nous sommes encore souvent avec des gens de La Chose», expliquent-ils. Leur avenir? «On aimerait creuser la photo et la réalisation, et surtout continuer de faire le plus de choses possible.» Avec une liberté qu'ils ne trouveraient peut-être pas ailleurs, admettent-ils.

Pas un poil de prétention chez ces deux-là, encore moins d'arrogance. En ce moment, ils s'inquiètent plutôt des frustrations et des éventuelles jalousies que peuvent leur valoir ces lauriers, alors «que d'autres créatifs de l'équipe les mériteraient tout autant». De ces fraîches rencontres qui font vraiment du bien…

 

A voir, la vidéo en tête de l'article: Un clip personnel avec Valentin Adam en hommage au chanteur Kanye West

Et ci-dessous quelques unes de leurs créations: leur projet étudiant pour les baskets Veja, les pochettes des albums de Mirwais et Yas, et plus classiquement les campagnes pour Le Coq Sportif, Marithé + François Girbaud, Ikea, Morgan et 20 minutes.

 

 

Les autres nominés
1. Lucie Valloton et Julien Perrard (CLM BBDO)
2. Lilian Moine et Julien Doucet (H)
3. Alban Gallée et Emmanuel Guillon (TBWA Paris)
4. Flavie Macaigne et Morgan Sommet (BETC Euro RSCG)
5. Julien Saurin et Nicolas Gadesaude (Euro RSCG C&O)
6. Alexander Kalchev et Siavosh Zabeti (DDB Paris)
7. Nicolas Moreau et Sébastien Lafaye (Australie)
8. Baptiste Clinet et Nicolas Lautier (Ogilvy Paris)
9. Arnaud Van den Abeele et Timothée Gaube (Saatchi&Saatchi Paris)

Marie Maudieu

Scroll to Top